Quand les médias traditionnels s’inspirent des influenceurs

Véritables pionniers de la monétisation du contenu sur les réseaux sociaux, les médias traditionnels s’inspirent de plus en plus des influenceurs et autres médias « social first » pour développer leurs réseaux sociaux et ainsi continuer de toucher leurs audiences. Voici pourquoi les médias traditionnels s’inspirent des influenceurs et adoptent peu à peu leurs codes. 

Trouver une alternative à la baisse des revenus liés aux publicités sur leurs sites web

Au cours des dix dernières années, les marques ont beaucoup investi dans les formats de publicité numérique, tels que les bannières publicitaires, les annonces pré-roll et les publications promues sur les réseaux sociaux. Ces supports publicitaires sont peut-être familiers, mais leur impact est de plus en plus minime. De plus en plus d’internautes ignorent simplement la publicité traditionnelle ou ne la voient même plus grâce aux bloqueurs de publicités.

De la même manière qu’une marque publie une bannière publicitaire sur un site web populaire, les annonceurs publient du contenu sur les réseaux sociaux de grands éditeurs ou “médias”. Alors que l’efficacité de la publicité traditionnelle continue de décliner, le contenu de marque ou “branded content” est rapidement devenu un support publicitaire efficace pour les marques et une source de revenus viable pour les éditeurs, notamment lorsqu’ils diffusent du contenu de marque sur leurs réseaux sociaux.

Les moyens utilisés par les éditeurs pour monétiser leur site web ne sont plus assez rentables

Voici une liste des moyens utilisés par les éditeurs pour monétiser leur site web : 

L’affiliation : procédé très courant pour qu’un site web ou blog rapporte de l’argent. Il s’agit de vendre ou de recommander les produits d’une marque sur votre site web. Quand les visiteurs de votre site web cliquent sur le lien affilié et achètent le produit/service, le propriétaire reçoit une commission.

L’abonnement : ce procédé est encore très utilisé par les médias d’actualités. Il consiste à ouvrir ses contenus contre rémunération par l’utilisateur directement, sous la forme d’un abonnement mensuel, trimestriel ou annuel.

La publicité display : elle se présente sous forme de formats publicitaires digitaux, tels que bannières, pavés, habillage, etc. On mesure l’efficacité d’une campagne display grâce au taux de clics.  L’annonceur (une marque) paie sa campagne publicitaire soit au coût pour mille (CPM), soit au coût par clic (CPC), soit à l’encart. Quant aux tarifs, ils dépendent de la notoriété, de la fréquentation du site où est diffusée la campagne display, mais aussi du type (bannières, pavés, habillage…) et de la durée de la campagne.

Le don : demander des dons à ses lecteurs est une autre façon de faire de l’argent. C’est facile à mettre en place, mais il faut être conscient que ce n’est pas facile d’engranger des revenus de façon récurrente et durable.

Les contenus : proposer des articles sponsorisés aux annonceurs tels que des articles permettent de gagner de l’argent rapidement, dans la mesure ou le site effectue une sélection de produits/services dont il parlera et qui sont susceptibles d’intéresser son audience. Il faut également savoir démarcher les annonceurs.

Les réseaux sociaux : Les éditeurs qui possèdent de grosses audiences sur les réseaux sociaux ont un énorme avantage. Au-delà des simples campagnes ou opérations spéciales type “marketing d’influence” il est aujourd’hui possible pour un éditeur (influenceurs ou médias qui diffusent du contenu sur leurs sites web) de transformer leurs réseaux sociaux – sur lesquels ils diffusent également du contenu – en un nouvel inventaire publicitaire.

Le “Social first”, inspiré par les influenceurs ?

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont le moyen le plus efficace pour toucher son public dans un environnement web saturé de contenus. Pourquoi ? Parce que les habitudes en ligne des utilisateurs changent. L’année dernière, 62% des adultes ont été informés par les médias sociaux, soulignant ainsi l’importance et l’efficacité du contenu (y compris publicitaire) créé pour le social.  Le temps manque, les internautes se dirigent donc principalement vers Facebook ou Instagram pour suivre l’actualité et se divertir d’un même coup. Le modèle éprouvé et longtemps utilisé consistant à créer un contenu et à le distribuer sur toutes les plateformes afin de générer du trafic vers son site web a fait son temps. Cliquez pour tweeter

Pour les médias (éditeurs) qui ne publient pas sur les réseaux sociaux, il y a de fortes chances pour que personne ne consulte leurs contenus. Dans la vie des tous les jours, le contenu n'est plus un produit à consommer, il est devenu un jeton social qui nourrit les conversations. Cliquez pour tweeter Comment pouvons-nous encore prétendre obliger les internautes à se rendre sur des sites pour le consulter ?

Les influenceurs, ces pionniers de la monétisation du contenu sur les réseaux sociaux

Un influenceur est une personne qui a une autorité sur un sujet donné et qui est capable de faire bouger les opinions sur ces sujets

Nouveau leader d’opinion du digital, l’influenceur ou l’influenceuse est capable d’affecter les comportements d’achat à travers la tenue d’une page Facebook, d’un compte Instagram ou Youtube, accompagné d’une activité sociale intense et d’une forte exposition médiatique. Cette stature lui confère un pouvoir de prescription des nouvelles tendances, raison pour laquelle l’influenceur est autant sollicité par les marques. 

Force est de constater que cette forme de partenariat marque/éditeur a fait ses preuves ces dernières années. Les influenceurs sont ceux qui se sont le plus vite appropriés les bonnes pratiques des réseaux sociaux en terme de monétisation. 

Les “médias” – entendons par là les médias traditionnels et/ou les éditeurs qui représentent une entité et non une personne comme peut l’être un influenceur –  et qui possèdent de grosses audiences sur les réseaux sociaux comprennent peu à peu qu’il devient plus intéressant de monétiser directement leurs contenus sur leurs réseaux sociaux plutôt que d’inciter en permanence leurs audiences à se diriger vers leurs sites web pour faire marcher la machine à sous du display.

Au fur et à mesure que l'impact du contenu de marque sur les réseaux sociaux devient plus clair, de plus en plus de médias leaders s'appuient sur ce levier pour renforcer leur offre publicitaire. Cliquez pour tweeter

Rendre le contenu consommable, sans quitter les réseaux sociaux

Pour les éditeurs, la création voir même la possession d’un site Web n’est plus considéré comme un indispensable ni nécessaire pour être vu et entendu. Contrairement aux stratégies de contenu traditionnelles, ils ne sont pas contraints de créer le site parfait et peuvent utiliser leurs ressources plus efficacement en axant leurs efforts sur la création de contenu, sa distribution et la création/fédération de communautés.

Tout d’abord, c’est parce que l’expérience utilisateur est immédiatement améliorée car les utilisateurs sont en mesure de s’engager sur un contenu attrayant sur une plate-forme sans avoir à le quitter, sans payer un abonnement et/ou désactiver son adblocker pour accéder au contenu. 

Deuxièmement, il y a la question de la portée. Les éditeurs à vocation sociale ont l’avantage d’atteindre un public plus large sur de multiples plateformes. Il est plus facile de cibler stratégiquement des millions de consommateurs que d’essayer de les rediriger ailleurs.

Avec le social, il y a des milliers de messages en compétition pour attirer l’attention des consommateurs. Il est plus facile de cibler stratégiquement des millions de consommateurs que d’essayer de les rediriger ailleurs. 

En créant un contenu de marque qui entame des conversations, les marques et les éditeurs peuvent tirer pleinement parti du contenu social. Cliquez pour tweeter

Les réseaux sociaux : levier de monétisation n°1 pour les médias/éditeurs

Pourquoi le branded content suscite-t-il tant d’intérêt auprès des annonceurs ?

Recommandé pour vous :  Régies, agences : la nécessité d'un tiers-facilitateur hybride pour le social

– Le contenu de marque associe le format attrayant du contenu 100 % natif à la portée de la publicité traditionnelle.

– Le contenu de marque diffère de la publicité traditionnelle car il repose sur l’authenticité et la confiance comme moyen principal d’atteindre les objectifs de marketing et de vente.

Tout est dit. 

Quand une personne rencontre une bannière publicitaire faisant la promotion d’une marque ou d’un produit, elle ne va probablement pas la partager avec ses amis sur les médias sociaux. Les internautes n’utilisent tout simplement pas les formats publicitaires traditionnels de cette manière.

Toutefois, lorsqu’un utilisateur apprécie un article, une photo ou une vidéo, il est extrêmement courant de partager ce contenu sur les réseaux sociaux. Qu’il s’agisse d’une vidéo amusante sur YouTube ou d’un article intriguant publié par un important média, le contenu est un excellent moyen de fournir une valeur authentique aux internautes.

Tirer parti d’un éditeur pour le contenu de marque permet au message  d’une marque d’être transmis à un public plus large et plus impliqué. Cela est particulièrement vrai lorsque les marques choisissent des éditeurs avec un public cible aligné. Étant donné que le public fait déjà confiance à leurs publications  pour des messages authentiques et précieux, le contenu de marque d’un annonceur sera à la fois vu et surtout bien reçu.

À mesure que le contenu numérique devient plus accessible dans nos vies quotidiennes, il devient le principal format de diffusion et de partage de l’information. Le contenu de marque exploite la puissance du marketing de contenu et le combine avec l’impact de la publicité traditionnelle. Il raconte une histoire authentique qui instaure la confiance et maintient le public engagé.

Le contenu de marque peut également créer un climat de confiance, car il est possible de raconter une histoire avant que tout produit ou service ne soit présenté. Cliquez pour tweeter Avec un élément de contenu de marque, les entreprises ont la possibilité de raconter une histoire authentique et intrigante qui s’aligne avec et renforce leurs valeurs et leur mission.

Recommandé pour vous :  10 statistiques qui vont vous faire aimer (et adopter) le Branded Content

Dans un monde numérique sursaturé par la publicité traditionnelle, les meilleurs contenus de marque sont capables de raconter des histoires qui excitent et engagent le public. Finalement, le branded content offre aux annonceurs de toutes formes et de toutes tailles une occasion inestimable de mieux interagir avec leurs publics tout en restant agile afin de s’adapter aux nouveaux formats de communication. 

Cliquez ici pour découvrir comment diffuser du branded content sur les réseaux sociaux des plus grands médias, à la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *